Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2018

TRIBUNE POUR LE PROCHAIN MEDIEVAL : JANVIER

QUAND ON EST LIBRE, ON PEUT DIRE LA VERITE

Toute l'équipe Chevreuse2014 vous souhaite une excellente année 2018. Nous vous remercions pour tous vos messages d’encouragement ainsi que votre vision empreinte de sagesse qui honore notre village.

« Quand on est libre, on peut dire la vérité. Et quand on dit la vérité, on est heureux ». Voilà l’écrit du Général Pierre De Villiers, premier Chef d’Etat-Major des Armées démissionnaire sous la Ve République, dans son livre confessions « Servir ». Au-delà du principe de liberté, ce grand serviteur de l’Etat a mis un coup de projecteur sur une valeur essentielle le COURAGE ; cette force qui permet de s’extraire de sa zone de confort et de s’opposer au politiquement correct que l’on voudrait nous faire admettre comme voie unique.

Sans avoir la portée de ce haut dignitaire, Chevreuse2014 s’efforce pourtant d’appliquer localement ce courage et cette liberté de parole depuis maintenant presque 4 ans. L’exercice n’est pas de tout repos mais notre ADN s’inscrit dans la confiance que vous nous avez accordée jusqu’en 2020.

En termes de courage, le dernier conseil communautaire a été édifiant. A l’ordre du jour, une demande de subvention de 843.000 € TTC pour une liaison douce entre St Rémy et Boullay-les-Troux par l’ancienne voie ferrée. Chevreuse2014 ayant toujours milité pour des liaisons pendulaires alternatives, ce dossier a mobilisé toute notre attention. Certains maires et conseillers ont dénoncé le caractère hautement politique de cette manœuvre, sans aucune étude de marché justifiant son intérêt, au coût exorbitant alors que l’infrastructure existe déjà. Malgré des débats houleux, cette délibération est passée avec seulement 5 voix POUR contre 3 voix CONTRE. 18 des 26 conseillers n’ont pas pris position.

Ces abstentions sont choquantes. On « n’achète » pas la paix avec les communes voisines en gaspillant l’argent du contribuable. La paix s’établit par une négociation en amont, courtoise et bienveillante avec la profonde conviction que l’intérêt de chaque collectivité territoriale est supérieur à tout arrangement bancal.

12:13 | Lien permanent