Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2018

LES RELATIONS HUMAINES NE SE RESUMENT PAS A UN FACEBOOK LIVE

Tribune pour le Médiéval du mois de novembre 2018.

Nous avons assisté à une scène étonnante lors de l’inauguration de la maison des associations en septembre dernier : Mme le Maire de Chevreuse, élu local, empêchant un député, élu national, de prononcer quelques mots à la tribune. Ce comportement est pour le moins surprenant car il fragilise nos relations politiques et porte inévitablement préjudice à l’ensemble des chevrotins. Un élu national mérite le respect, quelle que soit son appartenance politique. Tendre sa relation avec lui, c’est s’isoler et laisser à quai certains dossiers d’importance pour le futur de notre commune.

A quoi joue Mme le Maire de Chevreuse ? Cette manière de s’inscrire dans une confrontation permanente et gratuite est dangereuse. Cela ne peut que nous faire passer à côté de belles opportunités comme cela a été le cas, par le passé, avec le refus de collaborer dans la communauté de communes (CCHVC). Le dernier Médiéval a enfin acté cette posture où il est écrit (page 41) « pour notre part, nous ne serons jamais les partisans de ce fonctionnement intercommunal démagogique à géométrie variable dépendant du vent et des intérêts électoraux. ». C’est enregistré mais c’est un choix que Chevreuse2014 ne partage pas. En effet, nous avons du mal à comprendre cette position alors que la municipalité, dans ce même Médiéval (page 25), vante les mérites de la CCHVC en écrivant de manière tout à fait contradictoire : « le coût des missions Gemapi diminue même pour les contribuables chevrotins grâce au partage des charges effectué entre les communes ».

Et c’est bien là la raison d’être d’une intercommunalité : mutualiser certaines dépenses publiques pour économiser et alléger les impôts des administrés. Mais pour cela il semble nécessaire d’être force de proposition pour entrainer, avec diplomatie, les autres communes dans son sillage. Ce n’est pas le cas actuellement alors que les dossiers du futur mériteront une certaine ouverture d’esprit et un vrai travail collaboratif.

 

14:57 | Lien permanent