Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/03/2019

LES VŒUX DU MAIRE : UN MEETING POLITIQUE A PLUSIEURS MILLIERS D’EUROS

Peu de Chevrotin(e)s se sont déplacés aux vœux du maire en janvier, à peine 10%. En d’autres termes 90% étaient absent(e)s.

Nous avons assisté à un vrai meeting politique de pré-campagne électorale aux frais du contribuable Chevrotin. Ce sont donc plusieurs dizaines de milliers d’euros envolés en une soirée. C’est aussi cela la dépense publique. Cela va faire plaisir à toutes les associations qui ont vu leurs subventions diminuer régulièrement.

Pour décor, une estrade disposée en gradin avec, pour la première fois, des sièges. Et nous avons compris pourquoi. Presque 2 heures de discours ininterrompus. Le ban et l’arrière-ban des professionnels de la politique rassemblés pour mettre en avant leur poulain, accompagnés de supporters extérieurs pour les applaudissements.

Quelques moments forts ont cependant permis de rompre l’ennui. A n’en retenir que deux, on peut citer le démarrage d’un discours qui tance le député sur sa jeunesse en oubliant un peu vite le propre début de carrière politique de cet orateur. Ensuite un sénateur qui tresse une kyrielle d’éloges si dithyrambiques que l’intéressée, elle-même, en fût gênée. Sans doute, lui a-t-il échappé que la récente nomination de Mme le maire de Chevreuse ne datait que d’une année.

Pour ce qui concerne le discours municipal, le recours systématique de la Mme le maire à la flatterie envers ses adjoints, jusqu’à les proclamer « ministres », interroge. Cohésion des troupes devant une menace ? Ivresse du pouvoir ? Les deux peuvent aller de pair. Sur le fond ensuite : ressortir le même photo-montage d’un Chevreuse urbanisé à l’excès et jouer sur les mêmes craintes du logement social, année après année, c’est démagogique, contre-productif et cela ne fait ni preuve de renouvellement ni d’une grande psychologie envers le sous-Préfet. Nous en avions déjà subi les conséquences il y a quelques années. Cela ne risque pas de s’arranger dans l’immédiat.

 

12:37 | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.